Chambre des Députés du Grand-Duché de Luxembourg

<RETOUR AUX ARTICLES

05 August 2021

Des données personnelles affichées par erreur

Image
L’affichage erroné concernait uniquement ce site et non le site dédié petitiounen.lu

Grâce à un utilisateur averti, l’administration parlementaire a constaté que plus de 24’000 noms et lieux de résidence de signataires de pétitions publiques étaient visibles sur le site chd.lu, alors qu’ils n’auraient pas dû l’être.

Ces données n’étaient à aucun moment accessibles sur le nouveau site petitiounen.lu, qui est le principal outil pour le dépôt, la signature et la consultation des pétitions publiques.
Les équipes techniques ont promptement corrigé l’erreur technique sur chd.lu, dont une nouvelle version sera par ailleurs lancée d’ici la fin de l’année prochaine. Il ne s’agit pas d’une fuite ni d’une action malveillante. Aucun autre type de données n’est concerné.

Au moment de la signature d’une pétition publique, chaque signataire a le choix de rendre les données concernées (nom et lieu de résidence) publiques ou non. Ladite erreur technique a fait que les noms et lieux de résidence de signataires ont été potentiellement accessibles sur le site sans leur accord. Ce traitement erroné des données s’est matérialisé depuis au moins juin 2021 et la correction a été effectuée le 2 août dernier. Une analyse détaillée concernant les dates exactes est en cours.

La procédure appropriée impliquant les acteurs compétents en matière de protection des données a été lancée : la Déléguée à la Protection des Données (DPO) a procédé à une analyse et la Commission nationale pour la protection des données (CNPD) a été saisie. Dans un souci de transparence complète, la Chambre des Députés a communiqué publiquement cet incident majeur. Les personnes concernées sont notifiées individuellement. 

La Chambre des Députés tient à remercier l’utilisateur qui a signalé le problème et à présenter ses excuses à toute personne dont les informations personnelles ont pu être exposées par erreur.

PARTAGEZ L’ARTICLE

‘)};

Source: http://www.chd.lu/wps/portal/public/Accueil/Actualite/ALaUne/?current=true&urile=wcm%3Apath%3Aactualite.public.chd.lu/ST-www.chd.lu/sa-actualites/37eb9740-6830-4121-8f12-bf0b1d20f807

0

City: Luxembourg

Retour sur les pluies diluviennes du 14 et 15 juillet 2021

Durant la majeure partie de la journée du mercredi 14 juillet 2021 et la nuit au jeudi 15 juillet 2021, des chutes de pluie continues et souvent fortes sont survenues sur l’ensemble du Grand-Duché (Fig. 1). Ces précipitations abondantes ont provoqué des inondations très importantes, notamment aux endroits proches de l’Alzette, de la Sûre, de l’Ernz Blanche et de l’Ernz Noire. Le Corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS) a dû intervenir plus de 1000 fois pendant cet épisode extrême. La Cellule de crise gouvernementale, activée par le Haut-commissariat à la protection nationale (HCPN) sur demande du Premier Ministre Xavier Bettel, s’est réunie la première fois le 15 juillet 2021 à 00h00 afin de coordonner les opérations avec les différents intervenants prévus dans le Plan d’intervention d’urgence en cas d’intempéries, dont fait partie MeteoLux. Cet article a pour objectifs d’examiner les conditions atmosphériques étant à l’origine de cet épisode pluvieux extrême et d’analyser la répartition des cumuls de pluie à travers le pays. En outre, la prévisibilité de cet événement sera discutée brièvement. A noter qu’une analyse plus technique sera également disponible au fil des prochains mois dans notre rubrique « Publications ».

Figure 1 : Animation des images radar (réflectivité en dBZ) du 14 juillet 2021 11:00 heure locale au 15 juillet 2021 00:00 heure locale. Source des données : Radar météorologique situé à Wideumont et opéré par l’Institut Royal Météorologique de la Belgique.

Situation météorologique générale

Le 14 juillet 2021, la situation synoptique en altitude était marquée par un creux d’altitude de type « cut off » centré sur le sud de l’Allemagne et les Alpes (Fig. 2a). Ce creux s’est développé au-dessus du nord-est du Canada le 7 juillet 2021 et s’est ensuite déplacée vers l’est en traversant l’Atlantique du Nord en direction de l’Europe. Le 12 juillet 2021, le creux a atteint l’ouest de la France et son déplacement vers l’est s’est ensuite nettement ralenti car isolé du courant-jet primaire situé plus au nord dans lequel il se trouvait auparavant. Cet isolement était probablement dû à une situation de blocage (anticyclone stationnaire) au-dessus de l’Europe du Nord-Est. Par conséquent, cette dépression en altitude a adopté un comportement quasi-stationnaire entre le 14 juillet 2021 02:00 heure locale et le 16 juillet 2021 14:00 heure locale. En basses couches, un faible complexe dépressionnaire s’est formé en-dessous de la façade est du creux d’altitude. Le 14 juillet 2021 vers 17:00 heure locale, un noyau dépressionnaire, centré sur le nord-ouest de l’Allemagne, a provoqué « un retour d’est » d’une masse d’air riche en vapeur d’eau, présente sur le nord-est de l’Allemagne (Fig. 2b).
Figure 2 : Prévision de la situation météorologique générale du 14 juillet 2021 à 17:00 heure locale par le modèle d’ECMWF initialisée le 14 juillet 2021 à 14:00 heure locale. a) Hauteur du géopotentiel (= l’énergie potentielle par unité de masse ; lignes noires) à 500 hPa et vitesse du vent (en m/s, 1 m/s = 3.6 km/h) à 300 hPa. Les lignes en magenta montrent les régions avec des valeurs élevées de tourbillon potentiel à 300 hPa. b) Pression réduite au niveau de la mer (lignes noires ; en hPa), vent à 700 hPa (flèches noires ; en nœuds, 1 nœud = 1.852 km/h) et contenu en eau précipitable (en mm). Source : ECMWF.

Quels processus atmosphériques ont provoqué la pluie continue et forte ?

Sur le flanc sud à sud-ouest de cette dépression, entre la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne) via le Luxembourg vers la Lorraine (France), des forçages très importants se sont développés en première moitié de journée du 14 juillet 2021. Ces forçages étaient provoqués par un processus nommé frontogenèse (resserrement du gradient horizontal de température et d’humidité par différents processus physiques), qui a généré des ascendances persistantes et assez fortes dans ce cas. Une coupe verticale à travers le système frontal révèle une surface frontale inclinée d’ouest en est le 14 juillet 2021 vers 20:00 heure près du Luxembourg avec un dipôle de mouvements verticaux bien défini (Fig. 3), signifiant un maintien assez important des précipitations sur le flanc ouest de la limite frontale. Le flux d’altitude étant orienté plus ou moins parallèlement face au système frontal, la perturbation pluvieuse a trainé sur la Grande Région pendant environ 18 heures, puis s’est évacuée vers la Belgique en seconde partie de nuit du 14 au 15 juillet 2021. En combinaison avec une humidité très élevée de la colonne atmosphérique (contenu en eau précipitable supérieur à 35 mm ; cf. Fig. 2b) et une isotherme de 0°C vers 3700 m d’altitude, la génération des précipitations stratiformes était très efficace due au processus de collision-coalescence des gouttes d’eau dans la partie chaude des nuages (> 0°C) qui était assez épaisse. Il est donc probable que le processus de la pluie chaude ait joué un rôle important dans la génération des précipitations extrêmes survenues au Grand-Duché. En outre, les images radar ont temporairement indiqué des bandes étroites de pluie plus intense (cf. Fig. 1) qui pourraient être attribuées à des circulations de méso-échelle intégrées dans la zone de précipitations. Des analyses plus approfondies devront être réalisées sur ce sujet en utilisant des données radar polarimétriques.
Figure 3 : Coupe verticale de la température potentielle équivalente (lignes vertes ; en Kelvin), de la frontogenèse horizontale (lignes roses ; en Kelvin/100 km/3 heures) et des mouvements verticaux hydrostatiques (surfaces colorées, en Pa/s) du 14 juillet 2021 à 20:00 heure locale basée sur l’analyse du modèle GFS. La ligne pointillée en bleu représente l’isotherme 0°C. Source : Tropicaltidbits.

Précipitations observées

L’estimation des cumuls de pluie par le système RADOLAN du Deutscher Wetterdienst (DWD) indiquent que les régions les plus touchées par les pluies torrentielles se sont étirées du sud et sud-ouest vers le centre-est du pays avec des cumuls maximaux avoisinant les 100 l/m² (Fig. 4a). Le nord-ouest du pays et la région de la Moselle ont été épargnés par les précipitations les plus intenses. A noter que les données du système RADOLAN sont incomplètes pour la Grande Région en raison d’une panne du radar météorologique situé à Neuheilenbach (Allemagne) qui est survenue vers 23:25 heure locale. En effet, des cumuls de pluie entre 60 et 100 l/m² ont été enregistrés au niveau des stations appartenant aux réseaux automatiques du service météorologique de l’Administration des Services Techniques et de l’Agriculture (ASTA) et de l’Administration de la Gestion de l’Eau (AGE) (Fig. 4b). La station météorologique située à Godbrange, opérée par le service météo de l’ASTA (AgriMeteo), a mesuré un cumul maximal de 105.8 l/m² au niveau national entre le 14 juillet 2021 06:00 heure locale et le 15 juillet 2021 06:00 heure locale (cf. Fig. 4b). Selon le service météo de l’ASTA, cette valeur constitue le cumul de 24h fiable le plus haut jamais enregistré dans le réseau de l’ASTA et de ces prédécesseurs depuis 1851. À l’Aéroport Luxembourg-Findel, MeteoLux a enregistré un cumul de 72.4 l/m² sur une période de 12 heures ce qui est un record absolu tous mois confondus depuis le début des enregistrements en 1947 à l’aéroport.
Figure 4 : a) Cumuls de précipitations (en mm ou l/m²) estimés par RADOLAN pour le 14 juillet 2021 entre 05:50 et 23:50 heure locale. Sources des données : Deutscher Wetterdienst (DWD). b) Cumuls de précipitations (en mm ou l/m²) sur une période de 24 heures mesurés par différentes stations météorologiques installées à travers du pays entre le 14 juillet 2021 06:00 heure locale et le 15 juillet 2021 06:00 heure locale. A noter que la totalité des stations météo disponibles dans les réseaux de l’ASTA et de l’AGE n’est pas affichée sur la carte. Source des données : AgriMeteo, MeteoLux.

Prévisibilité de l’évènement

A partir du dimanche 11 juillet 2021, les modèles numériques de prévision du temps ont indiqué la possibilité d’un événement de précipitations extrêmes sur le Benelux, le nord-est de la France et l’ouest de l’Allemagne pour la période du 13 au 15 juillet 2021. Cependant, les modèles avaient d’abord beaucoup de difficultés concernant le zonage et l’intensité des précipitations, notamment sur le Luxembourg qui était situé en aval des Ardennes et de l’Eifel par rapport au flux du secteur nord (potentiel d’une descendance orographique réduisant l’intensité des précipitations). Les simulations des différents modèles n’ont commencé à converger que durant la nuit du 13 au 14 juillet 2021. Selon les calculs de plusieurs modèles globaux et régionaux disponibles durant la matinée du 14 juillet 2021, la probabilité d’avoir des cumuls de pluie supérieurs à 50 l/m²au Luxembourg était toutefois modérée (Fig. 5a), voire très faible pour un seuil de 80 l/m² (Fig. 5b). En général, les modèles de prévision ont sous-estimé les cumuls de précipitations sur 24 heures au Grand-Duché pour cet évènement.
Figure 5 : Prévision probabiliste du cumul de précipitations sur 24 heures atteignant une valeur supérieure à 50 mm (a) et à 80 mm (b) entre le 14 juillet 2021 05:00 heure locale et le 15 juillet 2021 05:00 heure locale par le modèle ensembliste de l’ECMWF initialisé le 14 juillet 2021 à 02:00 heure. Source : ECMWF.

Source: http://meteolux.lu/fr/actualites/fr/actualites/retour-sur-les-pluies-diluviennes-du-14-et-15-juillet-2021/

0

City: Luxembourg

Exigences de visa pour les mobilités au Royaume-Uni

La Commission européenne vient de publier une liste de questions-réponses relatives aux exigences d’un visa pour réaliser des mobilités au Royaume-Uni.

Les informations contenues dans ce document sont indicatives et peuvent évoluer. Il est ainsi fortement conseillé aux bénéficiaires et aux personnes intéressées de vérifier les renseignements disponibles sur les sites web officiels suivants pour s’informer sur le processus de certification et la procédure de visa.

Source: https://www.anefore.lu/actualites/exigences-de-visa-pour-les-mobilites-au-royaume-uni/

0

City: Luxembourg

#ERASMUSDAYS : trois jours de fête pour célébrer le succès du programme Erasmus+

À l’occasion de la campagne européenne #ErasmusDays, Anefore invite tous les bénéficiaires du programme Erasmus+, ainsi que les participants et les partenaires des projets de ces derniers, à se mobiliser les 14, 15 et 16 octobre 2021 pour fêter le succès du programme Erasmus+. Initialement lancée par l’agence nationale Erasmus+ en France, la campagne #ErasmusDays sera une excellente opportunité de valoriser les projets Erasmus+ et leurs impacts en organisant des activités à travers l’Europe. Le  bilan de la dernière édition témoigne du vrai succès des #ErasmusDays en 2020.

En 2021, le lancement du nouveau programme Erasmus+ 2021-2027 constitue une raison particulière de célébrer les #ErasmusDays. Ainsi, les participants aux #ErasmusDays 2021 sont invités à valoriser leurs projets passés, mais aussi à organiser des évènements liés aux priorités du nouveau programme : l’inclusion, la protection de l’environnement, la transformation numérique et la participation à la vie démocratique.

Dans certains pays et territoires, beaucoup de porteurs de projets n’auront pas la possibilité d’organiser de manifestations physiques. C’est la raison pour laquelle  il est proposé de participer aux #ErasmusDays en envisageant d’abord des évènements numériques et, si la situation sanitaire le permet, des évènements physiques dans leur prolongement.

Comment participer aux #ERASMUSDAYS ?

Toutes les occasions sont bonnes pour parler de l’Europe et du programme Erasmus+ :

Vous organisez un évènement pour les #ErasmusDays 2021 au Luxembourg ? N’hésitez pas à l’enregistrer sur le site européen des Erasmus Days pour lui donner une visibilité internationale et/ou pour trouver de nouveaux partenaires !

Que vous soyez élève, apprenti, étudiant, enseignant, formateur ou chef d’entreprise : montrez votre attachement au programme Erasmus+ grâce au hashtag #ErasmusDays 2021 !

Source: https://www.anefore.lu/actualites/erasmusdays-trois-jours-de-fete-pour-celebrer-le-succes-du-programme-erasmus-3/

0

City: Luxembourg

Retour sur les orages localement virulents du 4 juin 2021

En fin d’après-midi et pendant la soirée du vendredi 4 juin 2021, de multiples foyers orageux ont éclaté sur le Luxembourg. Quelques orages se sont avérés particulièrement violents à certains endroits, notamment au niveau du cumul de pluie, ayant provoqué des inondations importantes. Le Corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS) a dû intervenir 344 fois pendant cet épisode orageux. Cet article a pour objectifs d’examiner les conditions atmosphériques étant à l’origine des orages localement virulents et de donner un récapitulatif de l’activité orageuse. En outre, la répartition des précipitations sera analysée et les phénomènes venteux isolés seront discutés.

Arrivée d’un orage multicellulaire à l’Aéroport Luxembourg-Findel le 4 juin 2021 vers 18:30 heure locale. Auteur de l’image : Laurent Grof (Source).

Situation météorologique générale

La situation synoptique en basses couches au-dessus de l’Europe Centrale était définie par un marais barométrique (très faible gradient de pression avec tendance dépressionnaire). Une masse d’air humide d’origine subtropicale, amenée dans nos régions dans un flux de sud les jours précédents, était prédominante. Un faible front froid ondulant était situé sur l’ouest de la France et la mer du Nord (Fig. 1a). À l’avant de ce front, une ligne de convergence s’étirant du Massif Central vers le centre de la Belgique s’est lentement dirigée vers le Luxembourg en début d’après-midi du vendredi 4 juin 2021 (Fig. 1a), tout en déclenchant des cellules orageuses dans la masse d’air très instable avec une CAPE aux alentours de 800 à 1000 J/kg, voire localement même jusqu’à 1400 J/kg. En altitude, un flux peu dynamique et assez faible de secteur sud à sud-ouest était présent avec des vitesses de vent maximales aux alentours de 30 km/h (Fig. 1b).
Figure 1 : a) Analyse de surface du Deutscher Wetterdienst (DWD) du 4 juin 2021 à 14:00 heure locale. Les lignes noires représentent les isobares (en hPa) et les lignes orange montrent les zones de convergence des vents en basses couches. b) Un profil vertical de l’atmosphère du 4 juin 2021 à 14:00 heure locale mesuré à Idar-Oberstein en Allemagne (environ 60 km à l’est du Luxembourg). Ce profil est considéré comme représentatif pour les conditions atmosphériques au-dessus du Luxembourg dans ce cas-ci. Les lignes rouge/verte représentent respectivement la température/le point de rosée, la ligne noire jaune montre la trajectoire verticale d’une parcelle d’air près du sol et CAPE (Convective Available Potential Energy) est indiquée par la surface jaune transparente. Les flèches noires montrent la direction et la vitesse du vent (en nœuds ; 1 nœud = 1.852 km/h).

Évolution de l’activité orageuse

Les premières cellules orageuses associées à la ligne de convergence ont abordé la frontière ouest du pays vers 15:50 heure locale en se déplaçant lentement vers le nord-nord-est. À l’avant de ces cellules, de nouveaux développements orageux se sont manifestés sur l’Oesling (Fig. 2, à gauche). Simultanément, des orages ont été déclenchés au-dessus de Thionville. Entre ces deux foyers orageux, plusieurs cellules convectives isolées se sont développées et ont rapidement fusionné sur le sud du pays jusqu’à 16:40 heure locale (Fig. 2, à gauche). Ainsi, de forts orages à caractère multicellulaire étaient actifs au-dessus de Luxembourg-Ville et dans les régions de Kischpelt, Clervaux et Hosingen entre environ 16:30 et 17:15 heure locale. Ces orages ont été marqués par de très fortes réflectivités sur une distance verticale assez étendue, ce qui se reflète dans des valeurs élevées (30 à 40 mm) de la masse de la colonne de précipitations (angl. vertically integrated liquid ; Fig. 2, à droite). De plus, une très forte activité électrique a été observé dans ces deux systèmes orageux au-dessus du canton de Luxembourg et de Clervaux avec un pic d’environ 300 éclairs (nuage-sol et intra-nuageux) en 5 minutes (Fig. 3).











Figure 2 : Animation des images radar (réflectivité en dBZ) du 4 juin 2021 14:38 à 19:38 heure locale (à gauche). Image de la masse de la colonne de précipitations (en mm) du 4 juin 2021 à 16:49 heure locale (à droite). Source des données : Radar météorologique du DWD situé à Neuheilenbach (Allemagne).

Après l’évacuation graduelle de cette première offensive orageuse vers l’Allemagne jusqu’à 17:30 heure locale, de nouvelles cellules convectives ont été déclenchées sur le sud-ouest du pays à partir de 17:00 heure locale (Fig. 2, à gauche). Ces développements avaient une tendance légèrement rétrograde, c’est-à-dire que certains endroits (par exemple Reckange-sur-Mess et Differdange) ont été affectés par de nouvelles cellules fortement pluvieuses à plusieurs reprises. Vers 18:10 heure locale, un orage multicellulaire assez intense est remonté par la Lorraine et a traversé la moitié sud-est du pays jusqu’à 19 :15 heure locale (Fig. 2, à gauche) en provoquant de fortes bourrasques de vent. Localement des chutes de grêle avec un diamètre d’environ 1 cm ont été observées pendant la première et seconde offensive orageuse, par exemple à Frisange et Consdorf. Finalement, plus de 15.000 éclairs ont été observés au-dessus du Luxembourg et des régions frontalières entre 14:30 et 20:30 heure locale, dont la majeure partie était des éclairs intra-nuageux (environ 90 à 95 % ; cf. Fig. 3).
Figure 3 : Animation des éclairs nuage-sol (carrés et cercles) et intra-nuageux (triangles) du 4 juin 2021 14:30 à 20:30 heure locale. Légende des couleurs : violet (14:30 – 15:30 heure locale), bleu foncé (15:30 – 16:30 heure locale), bleu clair (16:30 – 17:30 heure locale), vert (17:30 – 18:30 heure locale), jaune (18:30 – 19:30 heure locale), rouge (19:30 – 20:30 heure locale). Source des données : EUCLID via Siemens BLIDS.

Précipitations torrentielles

De nombreuses régions ont été impactées par des pluies torrentielles, notamment dans les cantons d’Esch-sur-Alzette, de Clervaux et de Luxembourg. Des cumuls de pluie supérieurs à 25 l/m² par heure ont été enregistrés au niveau de plusieurs stations appartenant aux réseaux automatiques du service météorologique de l’Administration des Services Techniques et de l’Agriculture (ASTA) et de la Kachelmann Group (KG). La station météorologique située à Obercorn, opérée par le service météo de l’ASTA (AgriMeteo), avait mesuré un cumul de 40.4 l/m² entre 17:40 et 18:30 heure locale (Fig. 4). Au centre de Luxembourg-Ville, 18.6 l/m² sont tombés en seulement 10 minutes (16:50 à 17:00 heure locale), cumul mesuré par la station météorologique située près de la Fondation Pescatore et opérée par la Kachelmann Group (Fig. 4). À l’Aéroport Luxembourg-Findel, MeteoLux a enregistré un cumul maximal de 11.0 l/m² en 10 minutes lors du passage d’un orage multicellulaire entre 18:30 et 18:50 heure locale. Le système RADOLAN du Deutscher Wetterdienst (DWD) a souvent sous-estimé les cumuls de précipitations en comparant les valeurs de RADOLAN avec celles des stations météo, notamment au sud du pays (Fig. 4). Cette sous-estimation était due à l’atténuation du faisceau radar lors de son passage à travers les fortes pluies. En général, ces précipitations extrêmes étaient dues à une humidité élevée de la colonne atmosphérique (contenu en eau précipitable entre 30 et 35 mm, humidité relative > 60 % en dessous de 3 km d’altitude), à un faible flux d’altitude (moyenne d’environ 20 km/h entre le sol et 6 km d’altitude) et à une instabilité modérée à forte (cf. Fig. 1b).
Figure 4 : Cumul de précipitations (en mm ou l/m²) le 4 juin 2021 entre 15:50 et 19:50 heure locale. Sources des données : RADOLAN (DWD), AgriMeteo, Kachelmann Group

Phénomènes venteux

Une première observation d’un éventuel phénomène venteux a été faite près de la région de Hosingen au nord du pays (cf. vidéo montrant un mouvement relativement rapide et turbulent de nuages plutôt déchiquetés). La nature de ce phénomène ne peut pas être identifiée à 100 % à ce stade en raison du manque de dégâts au sol et d’images audio-visuelles suffisamment claires. Cependant, l’imagerie radar de 16:45 à 16:50 heure locale montrent une région avec des vents cisaillés le long de l’azimut (cercle en bleu clair dans Figs. 5b et 5c) qui pourraient indiquer une faible rotation vers 900 à 1500 m d’altitude. L’origine de cette brève rotation très isolée en basse altitude au-dessus de Hosingen est probablement la collision de deux fronts de rafales (angl. outflow boundaries ; fines lignes de très faibles réflectivités dans Fig. 5a), l’un arrivant par le sud-ouest et l’autre par le nord. Pour conclure, nous restons sur un cas suspect et non confirmé d’un tourbillon de front de rafales (angl. gustnado). À noter que les conditions atmosphériques (très peu d’hélicité et faible cisaillement de vent, cf. Fig. 1b) n’étaient absolument pas propices à la formation d’une tornade « classique » ou mésocyclonique associée à un orage supercellulaire ce jour-ci au Luxembourg.
Au sud du pays, des rafales descendantes se sont produites en début de soirée sous un orage multicellulaire qui s’est avéré plus organisé. La station météorologique à Bettembourg, opérée par la Kachelmann Group, a mesuré une rafale maximale de 111.2 km/h entre 18:10 et 18:20 heure locale. À l’Aéroport Luxembourg-Findel, MeteoLux a enregistré une rafale maximale de 70.2 km/h lors du passage de cette multicellule.
Figure 5 : a) Image radar (réflectivité en dBZ) du 4 juin 2021 16:18 heure locale. b) Image radar (réflectivité en dBZ) du 4 juin 2021 16:48 heure locale. c) Image radar (vitesse radiale en m/s ; les valeurs positives indiquent des vents s’éloignant du radar et les valeurs négatives des vents s’en rapprochant) du 4 juin 2021 16:48 heure locale. La position du radar est indiquée par un point rouge. Source des données : Radar météorologique du DWD situé à Neuheilenbach (Allemagne).

Source: http://meteolux.lu/fr/actualites/fr/actualites/retour-sur-les-orages-localement-virulents-du-4-juin-2021/

0

City: Luxembourg

Retour sur la dégradation orageuse du 19 juin 2021

Au cours de la soirée du samedi 19 juin 2021, une épisode orageuse a affecté le Grand-Duché du Luxembourg pendant plusieurs heures. Quelques orages se sont avérés virulents à certains endroits, notamment au niveau du vent et des chutes de grêle. A noter que MeteoLux avait lancé pour la fin de soirée du 19 juin 2021 une alerte « orange » aux orages forts. Cet article a pour objectifs d’examiner les conditions atmosphériques étant à l’origine des multiples foyers orageux et de donner un récapitulatif de l’activité orageuse. En outre, les observations de la grêle seront analysées et le bilan provisoire des phénomènes tourbillonnaires en France et en Belgique sera présenté.

Situation météorologique générale

La situation synoptique en basses couches était définie par un creux barométrique orienté ouest-est qui s’est dirigé du centre de la France vers le Benelux (Fig. 1a). Un faible noyau dépressionnaire a pu se développer dans ce creux et était centré sur le nord de la France vers 20:00 heure locale (Fig. 1a). Les zones de convergence du vent, intégrées dans le thalweg proche du sol, ont provoqué des orages dans une masse d’air très humide d’origine subtropicale qui a été amenée dans nos régions avec un flux de sud. Les valeurs du contenu en eau précipitable se situaient entre 35 et 50 mm (Fig. 1a). En altitude, un dynamisme assez marqué était en place avec un creux de courte longueur d’onde se déplaçant du Golfe de Gascogne via le nord-ouest de la France vers la Manche (Fig. 1b). Un courant-jet était présent au-dessus de la France, s’étirant depuis l’est de l’Espagne en direction de la mer du Nord, avec des vitesses maximales aux alentours de 200 km/h. En raison de la situation de ce courant-jet, localisé à proximité de nos régions, un cisaillement de vent assez important était évident au-dessus du Luxembourg avec une différence de vitesse d’environ 70 km/h entre le sol et 6 km d’altitude (Fig. 1c). En outre, le vent soufflant de secteur nord-est à sud-est au sol était superposé par le flux d’altitude de secteur sud ce qui a engendré une forte hélicité en basses couches (Fig. 1c). Ainsi, en combinaison avec une instabilité bien élevée (CAPE entre 1000 et 2000 J/kg, cf. Fig. 1c), le risque de phénomènes orageux sévères était accru.
Figure 1 : Analyse de la situation météorologique générale du 19 juin 2021 à 20:00 heure locale. a) Pression réduite au niveau de la mer (lignes blanches ; en hPa), vent à 10 m au-dessus du sol (flèches rouges ; en nœuds, 1 nœud = 1.852 km/h) et contenu en eau précipitable (en mm). b) Hauteur du géopotentiel (= l’énergie potentielle par unité de masse ; lignes noires) à 500 hPa et vitesse du vent (en m/s, 1 m/s = 3.6 km/h) à 300 hPa. Les flèches bleues montrent la direction et la vitesse du vent à 300 hPa (en nœuds). c) Un profil vertical de l’atmosphère au-dessus du Luxembourg du 19 juin 2021 à 20:00 heure locale, issu du modèle de réanalyse ERA5. Les lignes rouge/verte représentent respectivement la température/le point de rosée, la ligne jaune montre la trajectoire verticale d’une parcelle d’air près du sol et CAPE (Convective Available Potential Energy) est indiquée par la surface jaune transparente. Les flèches noires montrent la direction et la vitesse du vent (en nœuds). Source des données : ERA5 (ECMWF/Copernicus).

Évolution de l’activité orageuse

À partir de 19:30 heure locale, les premières cellules orageuses se sont développées sur le sud-ouest du pays et le nord de la Lorraine (Fig. 2, à gauche). Celles-ci se sont rapidement déplacées vers le nord, tout en s’intensifiant. Un orage virulent et bien organisé a atteint Esch-sur-Alzette vers 20:25 heure locale et a provoqué des rafales descendantes par la suite. Les stations météorologiques à Clemency et Steinfort, opérées par la Kachelmann Group, ont mesuré des rafales maximales de 109 km/h respectivement 104 km/h entre 20:40 et 21:00 heure locale. Au nord du pays, plusieurs foyers orageux assez intenses ont traversé la moitié ouest de l’Oesling entre 20:15 et 21:50 heure locale (Fig. 2, à gauche). La station météorologique à Schimpach, opérée par le service météo de l’ASTA (AgriMeteo), avait enregistré un cumul de pluie de 31.3 l/m² entre 20:20 et 21:10 heure locale. Après l’évacuation graduelle de cette première offensive orageuse vers la Belgique et l’Allemagne jusqu’à 22:00 heure locale, de nouvelles cellules convectives ont été déclenchées au-dessus du pays et du nord de la Lorraine à partir de 22:15 heure locale (Fig. 2, à gauche). Un orage grêligène s’est manifesté sur le canton de Capellen, Redange et Mersch entre 22:45 et 23:10 heure locale (plus de détails dans le paragraphe suivant). Finalement, plus de 10.000 éclairs ont été observés au-dessus du Luxembourg et des régions frontalières le 19 juin 2021 entre 18:00 et 24:00 heure locale, la majeure partie étant des éclairs intra-nuageux (environ 95 %). La densité d’éclairs la plus élevée a été observée dans les régions sud-ouest et nord-ouest du Grand-Duché (Fig. 2, à droite).












Figure 2 : (A gauche) Animation des images radar (réflectivité en dBZ) du 19 juin 2021 19:00 à 24:00 heure locale. Source des données : Radar météorologique du DWD situé à Neuheilenbach (Allemagne). (A droite) Densité des éclairs nuage-sol et intra-nuageux du 19 juin 2021 18:00 au 20 juin 2021 01:59 heure locale. La densité a été calculée sur une maille de 0.025° x 0.025°. Source des données : Belgian Lightning Location System (BELLS) de l’Institut Royal Météorologique (IRM).

Observations de grosse grêle

Lors de la seconde vague d’orages à partir de 22:30 heure locale, des grêlons d’un diamètre maximal d’environ 5 à 7 cm ont été observés entre environ 22:45 et 23:10 heure locale à plusieurs endroits dans le centre-ouest du pays, et documentés par des images mises en ligne sur Facebook, par exemple à Steinfort, Kleinbettingen, Buschdorf, Useldange et Boevange-sur-Attert (cf. Fig. 3b). La cellule orageuse à l’origine de cette grosse grêle s’est très rapidement développée au sud de Longwy vers 22:15 heure locale et s’est ensuite déplacée vers le nord-nord-est en adoptant temporairement des caractéristiques supercellulaires (Fig. 2a). Entre 22:15 et 22:35 heure locale, la masse de la colonne des précipitations a progressivement augmenté en atteignant des valeurs très élevées avoisinant les 40 mm, avec un pic proche de 50 mm vers 22:50 heure locale (Fig. 3b). La réflectivité avait atteint un maximum de 65 dBZ sur toute la colonne verticale (Fig. 3a). La phase de renforcement de la cellule orageuse était donc décalée par rapport aux chutes de grêle importantes. Par conséquent, la phase de croissance des gros grêlons a probablement eu lieu entre 22:15 et 22:45 heure locale en présence d’une large quantité d’eau liquide surfondue et d’un fort courant ascendant temporairement rotatif dans la cellule orageuse. En outre, le début des chutes de grêle vers 22:45 heure locale était précédé par un « lightning jump », une très soudaine augmentation du nombre d’éclairs.
Figure 3 : a) Image radar (réflectivité maximale en dBZ) du 19 juin 2021 vers 22:49 heure locale. b) Image de la masse de la colonne de précipitations (en mm) du 19 juin 2021 vers 22:49 heure locale. Source des données : Radar météorologique du DWD situé à Neuheilenbach (Allemagne).

Épisode tornadique en France et en Belgique

Au moins huit tornades se sont produites lors de cette dégradation orageuse sur la France et l’est de la Belgique (Fig. 4). Les conditions atmosphériques semblent avoir été particulièrement propices à la tornadogenèse dans un couloir s’étirant du centre-ouest de la France vers les Ardennes belges (Fig. 4), c’est-à-dire une instabilité marquée, un fort changement vertical de vitesse et de direction du vent et une humidité relative élevée en basses couches. Ces tornades ont été associées à des orages supercellulaires (type d’orage qui possède un courant ascendant rotatif persistant et profond, nommé mésocyclone). À noter que les prévisions des modèles numériques avaient clairement indiqué des conditions météorologiques favorables à la formation de tornades au-dessus de la moitié ouest de la Grande-Région pour la soirée du 19 juin 2021.
Figure 4 : Tornades confirmées (symboles rouges) du 19 juin 2021 (dernière actualisation : 28 juin 2021). L’intensité F2 correspond à des vitesses de vent maximales entre 180 et 250 km/h. Source : European Severe Weather Database.

Source: http://meteolux.lu/fr/actualites/fr/actualites/retour-sur-la-degradation-orageuse-du-19-juin-2021/

0

City: Luxembourg